Léa-Linux & amis :   LinuxFR   GCU-Squad   Zarb.Org   GNU
Image ISO


Récupérer, graver, copier, lancer une image ISO

par Jiel

Image ISO ?

La plupart des distributions GNU/Linux sont fournies sous la forme de fichier .iso ou .img. Il s'agit d'une copie conforme d'un disque (CD-ROM, DVD), appelée image ISO, car les fichiers sont en conformité avec la norme ISO 9660.

Se procurer une image ISO

La façon la plus simple de se procurer une ISO est de la télécharger sur le site de la distribution. Ne téléchargez pas n'importe où si vous ne voulez pas installer n'importe quoi !

Un autre moyen est d'utiliser les CD, DVD vendus dans la presse spécialisée ou la les boutiques en ligne.

Enfin, vous pouvez vous procurer les images ISO auprès du Groupe d'utilisateurs de logiciels libres (GULL) le plus près de votre résidence.

Choisir la bonne ISO

Voici des exemples de nommage de fichiers ISO de distributions : Fedora-Live-Desktop-x86_64-19-1.iso, ubuntu-12.04.3-desktop-amd64.iso, debian-7.2.0-sparc-netinst.iso, slackware64-14.1-install-dvd.iso.

Généralement, le nommage des fichiers inclut :

  • Le nom de la distribution ;
  • Le numéro de version de la distribution ;
  • La cible de la distribution : typiquement desktop (poste bureautique, grand public), server (serveur) ;
  • Le type de disque d'installation : live (live CD), netinst (installation via le réseau) ;
  • L'architecture de processeur.

Voici les architectures les plus courantes :

  • x86_64 ou amd64 : processeur 64 bits compatible x86. C'est l'architecture la plus courante aujourd'hui sur les ordinateurs de bureau et elle correspond par exemple aux processeurs AMD Athlon 64, AMD Opteron, AMD Sempron, AMD Phenom, Intel Pentium 4, Pentium Core i3, i5, i7 ;
  • x86 : processeur compatible Intel 32 bits. Cette architecture peut être déclinée en i486, i686 et correspond par exemple aux processeurs un peu âgés de type Pentium Pro, Pentium MMX, Intel Core, AMD Athlon, Intel Atom ;
  • ppc : processeur PowerPC utilisés en particulier par Apple jusque 2006 ;
  • arm : architecture utilisée massivement pour l'embarqué, les tablettes, les smartphones etc.

Pour savoir si votre processeur est 32 bits ou 64 bits, vous pouvez consulter ce truc.

Les distributions ne sont pas déclinées pour toutes les architectures. Si vous avez du mal à trouver une distribution pour votre architecture exotique, regardez du côté de Debian, Gentoo ou NetBSD.

Vérifier l'image ISO téléchargée

Les fichiers ISO sont volumineux. Il peut être judicieux de vérifier l'intégrité des fichiers, c'est à dire que le fichier téléchargé correspond exactement à l'original. Pour cela les distributions fournissent des fichiers d'empreinte numérique générés par MD5 ou SHA1.

Par exemple, pour vérifier l'image ISO d'Ubuntu ubuntu-13.10-desktop-amd64.iso, on récupère l'empreinte ubuntu-13.10-desktop-amd64.iso.md5.

On met le fichier ISO et le fichier MD5 au même endroit, et on lance ensuite simplement :

$ md5sum -c ubuntu-13.10-desktop-amd64.iso.md5

ubuntu-13.10-desktop-amd64.iso: OK

De même pour une empreinte SHA1 :

$ sha1sum -c ubuntu-13.10-desktop-amd64.iso.sha1

ubuntu-13.10-desktop-amd64.iso: OK

Graver une image ISO sur un CD, DVD

Pour graver une image ISO sur un CD, un DVD ou un Blu-ray, rien de plus simple. Lancer votre logiciel de gravure de CD et choisissez « graver une image ». Sous K3b, c'est dans Outils > Burn Image. Avec Brasero, ce sera dans Graver une image.

Créer une clef USB amorçable

Plutôt que de graver un CD, il peut être plus pratique et écologique de mettre l'image ISO sur une clef USB. Il vous faut évidemment posséder une clef USB d'une taille supérieure ou égale à l'image ISO.

Note : en fait tout ceci fonctionne avec n'importe quel périphérique USB amovible.

Identifier votre clef

Pour commencer, il vous faut vous assurer dans quel périphérique votre clef USB est reconnue par le système. Il s'agit d'être certain de bien copier l'image ISO sur votre clef et non pas ailleurs, c'est à dire de ne pas effacer un autre média par erreur. Commencez donc par débrancher tous les périphériques USB de stockages externes (disque dur externe, appareil photo, smartphone etc.). Cela vous évitera d'effacer ces périphériques par inadvertance.

Vous pouvez consulter votre utilitaire de partitionnement (GParted, Diskdrake) pour trouver où se situe la clef. Sous GNU/Linux, elle est typiquement situé dans /dev/sdb (si vous n'avez qu'un seul disque principal appelé /dev/sda), et sous Microsoft Windows, il s'agira probablement de E: ou F: (si le disque principal est C:).

Il y a plusieurs méthodes en ligne de commande pour vérifier où est votre clef USB. Le plus simple, si votre clef est monté automatiquement quand elle est insérée dans un port (c'est généralement le cas), est de faire un df :

$ df -h
Sys. fich.     Taille Util. Dispo Uti% Monté sur
rootfs            59G  7,2G   49G  13% /
devtmpfs         3,9G     0  3,9G   0% /dev
tmpfs            3,9G  1,1M  3,9G   1% /dev/shm
tmpfs            3,9G  1,7M  3,9G   1% /run
/dev/sda1         59G  7,2G   49G  13% /
/dev/sda6        7,9G  551M  7,0G   8% /var
/dev/sda7         50G   45G  4,3G  92% /home
/dev/sdb1         58G  151M   58G   1% /media/USB DISK

On voit ici que la clef est montée sur /dev/sdb1 (1ère partition de sdb), le périphérique est donc reconnu comme /dev/sdb. Pour comprendre le nommage des périphériques sous GNU/Linux, regardez la documentation Le partitionnement.

D'autres commandes peuvent vous aider également :

$ dmesg

(...)
[    5.378968] scsi 9:0:0:0: Direct-Access              USB DISK 3.0     PMAP PQ: 0 ANSI: 6
[    5.379658] sd 9:0:0:0: [sdb] 120999936 512-byte logical blocks: (61.9 GB/57.6 GiB)
[    5.380163] sd 9:0:0:0: [sdb] Write Protect is off
[    5.380167] sd 9:0:0:0: [sdb] Mode Sense: 45 00 00 00
[    5.380780] sd 9:0:0:0: [sdb] Write cache: disabled, read cache: enabled, doesn't support DPO or FUA
[    5.586227]  sdb: sdb1
[    5.588587] sd 9:0:0:0: [sdb] Attached SCSI removable disk
(...)

Cette commande verbeuse affiche les messages du noyau. On voit bien ici que la clef est reconnue comme sdb, c'est à dire /dev/sdb.

$ sudo fdisk -l
(...)
Disque /dev/sdb : 62.0 Go, 61951967232 octets
122 têtes, 58 secteurs/piste, 17100 cylindres, total 120999936 secteurs
Unités = secteur de 1 * 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets
Identifiant de disque : 0xc3072e18
Périphérique Amorce  Début        Fin      Blocs     Id  Système
/dev/sdb1            8064   120999935    60495936    c  W95 FAT32 (LBA)

Cette commande à lancer en root, ou précédée de sudo, affiche les informations de partitionnement. Encore, une fois, on constate que notre clef est reconnue comme /dev/sdb

Créer la clef avec un outil graphique

UNetbootin est un outil graphique pour créer une clef USB amorçable. Il fonctionne aussi bien sous GNU/Linux que Mac OS X ou Microsoft Windows.

Installez le paquet unetbootin puis lancez Unetbootin.

Unetbootin.jpg

Dans « Distribution » et « version », choisissez la distribution désirée. UNetbootin se chargera alors de tout récupérer sur internet. Pour installez une ISO précédemment téléchargée, entrez le nom de l'image ISO dans « Disk Image ». Dans « Type », choisissez « Lecteur USB » (« USB drive »), et dans « Lecteur » (« Drive »), choisissez votre support USB (généralement UNetbootin le détecte pour vous, par exemple /dev/sdb).

Dans le champ « Space used to preserve files accross reboot... » renseignez 0.

Quand vous êtes prêts (attention, cette opération est irréversible), lancez l'installation avec « Ok ».

MultiSystem et TuxBoot fonctionnent de façon similaire.

En ligne de commande

Une méthode toute aussi efficace, en ligne de commande.

Vérifiez que la clef USB n'est pas montée avec df, et si besoin démontez la avec umount, par exemple :

umount /media/USB DISK

Ensuite, en root ou avec sudo, copiez votre image ISO (if) vers votre clef (of, ici /dev/sdb), par exemple :

dd bs=4M if=/chemin/vers/votreimage.iso of=/dev/sdb && sync

Démarrer sur le média créé

Aujourd'hui, les ISO d'installation de distributions sont amorçables, c'est à dire qu'elles sont prévues pour démarrer automatiquement dans la mémoire vive lorsque l'ordinateur démarre.

On veut donc démarrer sur le média créé avant qu'un autre système d'exploitation (GNU/Linux, Microsoft Windows, Apple Mac OS X) ne se lance. On va donc éventuellement modifier l'ordre d'amorçage (boot order) si l'ordinateur ne démarre pas sur votre média avec l'image ISO.

Pour cela, il faut préciser au BIOS ou à l'UEFI qu'ont veut démarrer sur un média autre que le disque dur principal (clef USB, CD etc.). Pour accéder au BIOS ou au menu de démarrage (boot), il s'agit en général d'appuyer sur une touche au démarrage de l'ordinateur - juste après l'avoir mis sous tension - pour accéder au menu « Setup » ou « Boot options ». La touche à utiliser est indiquée sur l'écran au démarrage. Elle varie en fonction des marques. Consultez la notice de votre carte-mère en cas de doute. Généralement, il s'agit de : F2, F1, Suppr (Del) ou Échap.

Attention, certains très vieux ordinateurs pourraient ne pas reconnaître les claviers sans fil voire ceux connectés sur prise USB lors de la séquence d'amorçage de l'ordinateur.

Bios sequence boot.jpg

Après avoir appuyé sur la touche, vous arrivez donc sur l'interface de configuration du BIOS (ou UEFI). Cette interface - variable d'un ordinateur à un autre - contient plusieurs menus, il s'agit donc d'aller dans le bon onglet pour modifier l'ordre d'amorçage. Il s'agit donc d'aller, avec les flèches du clavier, sur un menu contenant le nom « Boot », typiquement : Boot Sequence, Boot Options, Boot Order, First Boot Device. Si vous ne la trouvez pas, elle peut être dans Advanced Options ou Advanced BIOS Features.

Repérez la liste d'ordre d'amorçage (comme ci-dessus). Lisez les instructions inscrites en bas et à droite de l'écran pour modifier l'ordre d'amorçage.

Une fois positionné votre média créé avec l'image ISO en haut de la liste de démarrage (boot) des périphériques, sauvegardez et quittez le BIOS ou l'UEFI. Pour faire cela, il s'agit généralement d'appuyer sur la touche F10 ou de chercher en bas la touche correspondant à Save And Exit ou Exit Saving Changes.

Une fois le BIOS quitté, votre ordinateur redémarre. Cette fois ci, il essaiera de démarrer suivant l'ordre des périphériques que vous venez de lui indiquer.




@ Retour à la rubrique Installation

Copyright

© 2013, 2014 Jiel Beaumadier

Tête de GNU Vous avez l'autorisation de copier, distribuer et/ou modifier ce document suivant les termes de la GNU Free Documentation License, Version 1.2 ou n'importe quelle version ultérieure publiée par la Free Software Foundation; sans section invariante, sans page de garde, sans entête et sans page finale. Pour plus d'informations consulter le site de l'APRIL.
Affichages
Outils personnels

Serveur hébergé par ST-Hebergement et Lost-Oasis / IRC hébergé par FreeNode / NS secondaire hébergé par XName
Sauf mention contraire, les documentations publiées sont sous licence Creative-Commons CC-BY-SA