Léa-Linux & amis :   LinuxFR   GCU-Squad   Zarb.Org   GNU  
icon
posté par Jiel, le 14 mai 2013

Petit à petit, le vote électronique fait son chemin. Ainsi, il s’invite en France depuis 2003 dans diverses élections (cantonales, régionales, présidentielles, législatives, européennes) pour certaines villes ou certaines circonscriptions. Les élections prud’homales de Paris de 2008 ont été organisées par Internet. Ce mois-ci, ce sont les primaires parisiennes du parti UMP qui seront organisées via Internet. Depuis 2010, les cantons de Genève, Neuchâtel et Zurich ont recours au vote électronique. En Belgique et au Québec, les ordinateurs de vote sont massivement utilisés. Pourtant, les Pays-Bas y ont définitivement renoncé en 2008 suite à un rapport accablant détaillant les possibilités de fraude. On se pose également beaucoup de questions en Allemagne, aux États-Unis d’Amérique et… en France.

Qu’est-ce que le vote électronique ? Dans un système de vote traditionnel, l’électeur inscrit sur une liste électorale va dans l’isoloir pour mettre le bulletin de son candidat dans une enveloppe, dépose l’enveloppe dans une urne transparente. À l’issue du scrutin, l’urne est ouverte et les électeurs peuvent participer au comptage des bulletins, puis le président du bureau fait la somme des voix de chaque candidat et annonce le résultat.

Dans le cas du vote électronique, l’électeur inscrit sur une liste électorale vote sur un ordinateur dans un isoloir. À l’issue du scrutin, les ordinateurs donnent le résultat du vote. Impossible de recompter les voix. Impossible de savoir si ce qu’on choisit sur l’ordinateur est bien pris en compte. Impossible de savoir si l’ordinateur n’a pas bugué ou n’a pas été piraté. Même si le code source des ordinateurs de vote est libre et audité, rien ne prouve que c’est le même code source qui est déployé sur chaque machine. Dans le cas du vote électronique par Internet, on n’est en outre pas certain que la personne qui vote soit bien celle inscrite sur les listes, ni que son anonymat soit garanti, ni qu’elle ne vote pas sous la contrainte, ni qu’il n’y aura pas modification de son vote sur le réseau… Le vote électronique est un processus opaque : l’électeur est obligé de faire confiance aux publicités des fabricants d’ordinateurs. Rappelons que le mot démocratie signifie en grec « souveraineté du peuple » et non pas pas « souveraineté du collège d’experts qui nous garantit que les machines sont sûres ».

Les principaux arguments avancés en faveur du vote électronique concernent la rapidité de l’obtention des résultats (car il n’y a pas de dépouillement) et l’arrêt de production de bulletins papiers. Est-ce nécessaire de sacrifier la démocratie pour cela ? Rappelons évidemment qu’un autre argument – qui n’est jamais mis en avant – est que le développement du vote électronique est une aubaine économique pour les fabricants du secteur. Ces derniers n’hésitent d’ailleurs pas à faire pression pour défendre leur gagne-pain.

Pour les passionnés de l’informatique que vous êtes peut-être, tout ceci est facile à comprendre. Pour le citoyen lambda, cela l’est un peu moins. Parlez-en autour de vous avant qu’il ne soit trop tard !

7 commentaires »
Tags: Mots-clés : , , , , ,

7 Responses to “Vote électronique : les ordinateurs votent à votre place”

  1. Christophe Amalvy dit :

    A voir le système vénézuélien : les machines et le code source sont audités par les spécialistes et representants des partis. Le votant est identifié par l’empreinte du pouce droit (un votant – un vote, pas de corrélation votant – nature du vote), la machine de vote imprime un buletin papier que le votant peut vérifier, le buletin papier est placé dans une urne traditionnelle, le votant donne son N° de carte d’identité, son nom et signature sur le cahier « de présence – a voté ». Le votant trempe son doigt (auriculaire) dans une encre indélébile – il ne peut pas voter deux fois. Présence dans le bureau de vote de représentants des partis comme témoins. Après le srutin, 54 % des urnes est vérifié pour détecter des incohérences entre le vote électronique et le buletin papier…

  2. Jiel dit :

    C’est plutôt pas mal, mais 46 % des urnes ne sont pas vérifiées, ce qui peut quand même laisser la place à de sacrées fraudes. En France, l’élection présidentielle se joue parfois à moins de 5% d’écart. Et si on se met à vérifier toutes les urnes… pourquoi alors investir dans des ordinateurs de vote ?

  3. Christophe Amalvy dit :

    54 % des urnes vérifiées aléatoirement(c’est la norme légale, dans la pratique beaucoup de témoins des bureaux de vote auditent toutes les urnes). Je rappelle que le vote est électronique, les 54 % sont suffisants pour faire une corrélation avec le vote électronique au niveau satistique. Le Vénézuela est le SEUL pays au monde avec ce système de vérification. Actuellement, le président Maduro ayant gagné par moins de 2%, les perdants de l’élection ont demandé la vérification des 46 % restants, on constate une corrélation de 98,9 % des votes pour le moment- il y a des bulletins mal imprimés et même des personnes qui ont mangé (!) le bulletin émis par la machine… Plus de renseignements, en espagnol sur le site du CNE (Consejo Nacional Electoral) :
    http://www.cne.gov.ve/
    A noter que le procesus de vérification est filmé ET diffusé LIVE sur internet ici :
    http://www.movipbox.com/nuevo/embed/cne.html
    Bon, chez moi, ça marche pas, le plugin Flash fait des siennes assez souvent… A voir…

  4. pierre dit :

    c’est quoi la source pour ton chiffre de 54% ?

    comment on détermine qui a raison quand on a pas le même résultat ?

    • Christophe Amalvy dit :

      Ma source, c’est la loi électorale tout simplement, au moins 54 % des votes doivent être vérifiés. Je précise qu’actuellement, à la demande du candidat perdant, 100 % des votes seront vérifiés, c’est prévu dans le code électoral. Le vérification est en cours.

  5. patrick L dit :

    @chistrophe

    rien n’empeche que la machine imprime n’importe quoi et le vote peut etre rapidement envoyé ailleurs (police, fisc, justice, associations) sans que je sache que mon vote n’est pas du tout secret.

    et si le bulletin papier imprimé sort un candidat pour lequel je n’ai pas voté.

    Et si je vote via des ecrans tactiles, ceux ci peuvent très bien enregistrer mes empreintes.

    je suis pas du tout pour cette electronique.

    • Christophe Amalvy dit :

      Bien sûr, je respecte votre opinion. Reste que le procesus électoral est audité AVANT le vote par des techniciens et témoins de tous les partis politiques et des techniciens issus des associations des ONG indépendantes surveillant le vote (le centre Carter, en beaucoup d’autres…) Le code source est audité de même; une « répétiton » a également lieu avant les élections et est analysée. Libre à vous de ne pas avoir confiance, pour ma part, je n’ai pas confiance dans le procesus de vote nord-américan (Bush…), pas plus que dans le procesus manuel (bourrage d’urne, vote de personnes décédées…)

Postez un commentaire !

widget_archive
Identification !
Identifiant  
Mot de passe  
widget_text
Léa-Linux
Léa-Linux: Documentations & Co.

widget_rss
  • Une erreur est survenue, le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

widget_flickrRSS
Photos Libres !
Anne sur le stand Mandriva, Linux Solutions 2009Léa et l'APINC projettent les débats sur HADOPI à l'Assemblée Nationale : Martine Billard ; Linux Solutions 2009Prae et Hélène, Linux Solutions 2009Jiel, Hélène et Stéphane sur le stand Léa-Linux, Linux Solutions 2009Jiel sur le stand Léa-Linux, Linux Solutions 2009Stand Léa-Linux, Linux Solutions 2009

widget_categories
Catégories



Serveur hébergé par ST-Hebergement et Lost-Oasis / IRC hébergé par FreeNode / NS secondaire hébergé par XName
Sauf mention contraire, les documentations publiées sont sous licence Creative-Commons