Léa-Linux & amis :   LinuxFR   GCU-Squad   GNU
Intro-wannapenguin


Un manchot sur ma machine

par Seb

<cadre type=alert> Cette page est considérée comme étant obsolète.

C'est à dire que les informations qu'elle contient ne sont plus du tout à jour par rapport aux évolutions de GNU/Linux et des autres logiciels libres. Il peut même s'avérer risqué d'essayer de suivre les recommandations de cette page. Cette page n'est donc conservée que pour des raisons historiques ou les gens qui utiliseraient de vieilles distributions GNU/Linux. </cadre>

Une documentation sur le même sujet et à jour : Choisir une distribution GNU/Linux.


Petit tour d'horizon des distributions GNU/Linux.

avec la participation de : albireo, ceric35, Le groupe Slackware, Morgan, Phil, Régis, Remi, tuxfanch, Vlaaad.


Introduction

Cet article a été conçu suite à la grande récurrence sur le forum de fils de discussion demandant des conseils pour choisir une première ou seconde distribution. Il n'est en effet pas toujours évident de choisir une distribution qui convienne à ses attentes, le champ d'investigation étant plus que vaste (Distrowatch recense plus de 300 distributions actives), et les querelles de clocher — même courtoises — courantes.

Ce qui va suivre a pour objectif de vous renseigner sur les caractéristiques des principales distributions utilisées d'après ce qui ressort du forum de Léa. Ne vous attendez cependant pas à apprendre ici quelle distribution est la meilleure car chacune compte ses inconditionnels, signe s'il en est qu'elles ont toutes des qualités qui leur sont propres (sans ça, ce site s'appellerait « <distribution> entre amis » ;) ). Nous nous cantonnerons donc à une description technique et neutre autant que possible.

Lire cette présentation

Toujours dans un souci d'objectivité − inaccessible étoile ! — nous avons opté pour une présentation en un formulaire. Cela garantit en effet un traitement égal à chacune des distributions tout en explicitant avec clarté les caractéristiques de celles-ci. Voici une notice qui vous indiquera ce que vous trouverez dans chacun des points abordés par le formulaire.

Par : % mentione l'auteur de la présentation avec éventuellement une adresse électronique où vous pourrez le joindre.

Site officiel : <url_du_site> % ici est indiquée l'adresse du site officiel de la distribution. Vous y trouverez des informations complémentaires et pourrez y télécharger celle-ci.

Type de distribution : binaire | source % cela vous indiquera à quel type de distribution vous avez affaire.

  • source : les applications des distributions sources doivent êtres compilées (parfois très longuement) en préalable à leur utilisation. En contre-partie celles-ci sont optimisées pour votre configuration.
  • binaire : les programmes installés sont immédiatement utilisables mais génériques. Les avantages en sont avant tout que ces distributions sont rapides à mettre en place et ne nécessitent pas d'installer d'outils de compilation.

Autonomie : 0 | 1 | 2 % cela vous renseignera sur ce que vous pouvez attendre de la distribution — dans le meilleur des cas — quant à la gestion du matériel par le système.

  • 0 : vous devrez tout gérer manuellement, déclaration du matériel et configuration.
  • 1 : la distribution détecte automatiquement le matériel mais vous laisse le configurer.
  • 2 : la distribution détecte et configure automatiquement votre matériel.

Option(s) de configuration : LC | IG | LC/IG+ | LC+/IG % cela vous informera sur la méthode de configuration pour laquelle la distribution a été pensée.

  • LC : "Ligne de Commande", la distribution est conçue pour être gérée via le shell et l'édition de ses fichiers.
  • IG : "Interface Graphique", la distribution est prévue pour être configurée via des outils graphiques.
  • LC/IG+ | LC+/IG : lorsque les deux modes de configuration sont possibles un « + » indique celui qui est prépondérant par rapport à la conception de la distribution.

Petite configuration : -1 | 0 | 1 % pour les machines qui ont peu de ressources, indique à quel degré la distribution convient ou non à ce profil.

  • -1 : impossible sinon infernal.
  • 0 : possible mais pas pensé pour ça.
  • 1 : cadre avec la conception de la distribution.
Notez que ces indications sont largement basées sur la philosophie de la distribution en question, l'obtention d'une solution légère passant avant toute chose par un choix judicieux d'interface graphique (préférez les gestionnaires de fenêtres tels que Fluxbox, FVWM, ou Window Maker aux environnements de bureau "lourds" comme KDE et GNOME.).

Gestionnaire de paquets : % nom du gestionnaire de paquets et description succinte de son utilisation.

Philosophie d'utilisation : % description rapide de la philosophie de la distribution selon ce qu'il ressort du site officiel.

Concernant une utilisation de type serveur, traditionnellement vous serez orienté sur une Debian ou une Slackware. Sachez que dans les faits, la plupart des distributions peuvent se prêter à cet usage, le tout étant pour vous de savoir épurer votre système afin de pouvoir le sécuriser efficacement (ce qui est évidemment plus facile à faire sur des distributions se configurant en ligne de commande).

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : % les éventuels articles de Léa consacrés à la distribution et susceptibles de vous épauler dans sa mise en place.

Trouver la grenouille : % les distributions étant très souvent anglophones, quelques adresses pour joindre les communautés françaises de la distribution.

Les Neufs samouraïs de Léa

Ubuntu

Par Régis.

Site officiel : http://www.ubuntu.com

Type de distribution : binaire.

Autonomie : 2.

Option(s) de configuration : LC/IG+.

Petite configuration : -1.

Gestionnaire de paquets : Ubuntu est distribution basée sur Debian, elle utilise donc dpkg qui est l'outil en ligne de commande chargé de l'installation, la création, la suppression et la gestion des paquets Debian .deb. Il permet aussi la gestion de paquets Debian en provenance de sources extérieures aux dépôts apt. Pour l'installation de paquets en mode graphique, il existe l'outil GDebi qui est une interface graphique de dpkg.

Philosophie d'utilisation : Ubuntu est une distribution GNU/Linux basée sur Debian qui privilégie l'environnement GNOME et destinée à proposer un système convivial, ergonomique, libre et gratuit pour le grand public. Ubuntu est donc une distribution facile d'installation et d'utilisation. Il existe également une version serveur, mais on préférera généralement d'autres distributions pour cette tâche.

Si vous êtes totalement novice en matière de GNU/Linux, et même d'ordinateurs, cette distrib' vous permettra de faire vos premiers pas de façon très rassurante. De même, si vous êtes un utilisateur expérimenté de GNU/Linux qui n'a pas beaucoup de temps pour configurer son système, mais qui veut un système fonctionnel, Ubuntu peut être faite pour vous.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Catégorie:Ubuntu.

Trouver la grenouille Flag-fr.png : Rendez-vous sur le site de la communauté francophone des utilisateurs d'Ubuntu : http://www.ubuntu-fr.org

Mandriva

Par ceric35.

Site officiel : http://www.mandrivalinux.com

Type de distribution : binaire.

Autonomie : 2.

Option(s) de configuration : LC/IG+.

Petite configuration : 0.

Gestionnaire de paquets : rpmdrake est l'interface graphique des outils urpm* (User RPM) servant à la gestion des packages Mandriva. Il permet d'installer facilement n'importe quel package et gère automatiquement les dépendances associées. En plus des sources locales (CD), il est possible d'ajouter des sources distantes pour un choix de logiciels plus vaste.

Philosophie d'utilisation : Mandriva Linux (anciennement Mandrake) a été créée dans le but de permettre au plus grand nombre d'utiliser facilement un système GNU/Linux. C'est une distribution française. Elle intègre de nombreux outils graphiques visant à simplifier au maximum l'administration de ce système. Mandriva est donc une distribution facile d'installation et d'utilisation, mais s'oriente plus vers les stations de travail que les serveurs (sauf à se procurer la très onéreuse version dédiée à cet usage).

Si vous êtes totalement novice en matière de GNU/Linux, et même d'ordinateurs, cette distrib' vous permettra de faire vos premiers pas de façon très rassurante. De même, si vous êtes un utilisateur expérimenté de GNU/Linux qui n'a pas beaucoup de temps pour configurer son système, mais qui veut un système fonctionnel, Mandriva peut être faite pour vous.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Catégorie:Mandriva.

Trouver la grenouille Flag-fr.png : La distribution étant française : http://www.mandrivalinux.com

Debian

Par Morgan.

Site officiel : http://www.debian.org

Type de distribution : binaire.

Autonomie : 1.

Option(s) de configuration : LC.

Petite configuration : 1.

Gestionnaire de paquets : Apt (Advanced Packaging Tool). Il s'agit d'une surcouche à l'utilitaire de base dpkg, qui permet entre autres de gérer les dépendances. Parmi les nombreuses possibilités d'apt, les plus utilisées sont celles offertes par les commandes suivantes:
apt-cache search pour faire une recherche dans la liste de paquetages disponibles,
apt-get install pour installer un, ou des paquetages,
apt-get update pour mettre à jour la liste des paquetages,
apt-get upgrade et apt-get dist-upgrade pour mettre à jour les paquetages installés.

Philosophie d'utilisation : Les priorités de Debian sont la stabilité et l'efficacité, et non pas la facilité d'utilisation. Afin de laisser la plus grande marge de manœuvre possible à l'utilisateur, n'est installé par défaut que ce qui est indispensable. La gestion des paquetages est aisée, le reste se fait à la main. Trois versions sont disponibles selon les goûts et le type d'utilisation:

  • stable : particulièrement stable et sécurisée. Les paquetages ont été testés et retestés pendant au moins 6 mois avant d'être figés. Il s'agit donc de versions parfois très anciennes de ces paquetages.
  • testing : bon compromis pour une utilisation de bureau. Des paquetages assez récents, mais parfois quelques ennuis.
  • unstable : des paquetages très récents et non-testés. Se destine plutôt à des utilisateurs avertis.

Même si sa réputation de difficulté est quelque peu exagérée, c'est plutôt une distribution à conseiller soit à des gens qui ont déjà quelques connaissances en GNU/Linux, soit à des débutants curieux de comprendre le fonctionnement du système et qui auront pris la peine de s'armer d'une bonne documentation.
Cette distrib' est très distincte des autres car :
- C'est la plus communautaire. Des milliers des personnes en assurent la maintenance.
- C'est celle qui intègre le plus de programmes.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Catégorie:Debian.

Trouver la grenouille Flag-fr.png : http://www.andesi.org.

Fedora

Par Remi.

Sites officiels : http://www.fedora.redhat.com, http://www.fedoraforum.org.

Type de distribution : binaire.

Autonomie : 2.

Option(s) de configuration : LC/IG+.

Petite configuration : 0.

Gestionnaire de paquets : Fedora utilise les packages RPM, packages qui sont très simples à installer. Pour encore plus de facilité, des gestionnaires de packages tels Up2date (par défaut), Yum (en standard), Apt-rpm ou Smart furent créés afin de résoudre les problèmes de dépendances manquantes. Ces outils (qui disposent aussi d'interfaces graphiques) récupèrent les bibliothèques nécessaires à d’autres paquets sur le réseau, à partir de dépôts et se chargent d'installer ou supprimer des logiciels, mettre à jour le système automatiquement, et ce, très facilement.

Philosophie d'utilisation : Fedora offre un confort et une facilité d'installation, d'utilisation, d'administration poussés et est accessible à tous, qu'ils soient confirmés sous GNU/Linux ou débutants. RedHat utilise Fedora comme plan de travail pour ses propres solutions professionnelles, en y incorporant les dernières technologies du monde GNU/Linux. Elle est idéale pour ceux qui veulent disposer de mises à jour rapides et des derniers correctifs de sécurité. Le projet sort deux à trois nouvelles versions par an.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Catégorie:Fedora.

Trouver la grenouille Flag-fr.png : http://www.fedora-fr.org.

Gentoo

Par tuxfanch.

Site officiel : http://www.gentoo.org

Type de distribution : source / binaire (si on utilise la version Gentoo Reference Platform).

A noter toutefois que Gentoo est pensée pour être essentiellement utilisée en mode source.

Autonomie : 1 / 1.

Option(s) de configuration : LC / LC.

Petite configuration : -1 / 1.

Gestionnaire de paquets : Portage, par le biais de la commande emerge ; il est assez similaire au système du port de BSD. De plus, Gentoo étant une distribution source, il faut y ajouter (entre autres) un fichier make.conf qui définit les directives de compilation communes, la langue à utiliser (français, anglais, chinois ... ) les éléments facultatifs à supporter (par exemple, si l'on a uniquement KDE, on peut vouloir se passer des capacités d'un soft à s'intégrer dans gnome). Portage gère les dépendances lors de l'installation et lors de la désinstallation de paquets : par exemple, on installe un nouveau paquet par emerge <nom_du_paquet>. La commande revdep-rebuild permet de reconstruire les dépendances inverses. On désinstalle un paquet d'un coup de emerge --unmerge <nom_du_paquet>, et on nettoie les dépendances par emerge --depclean. Par ailleurs, seuls les paquets validés pour une architecture sont disponibles directement, sinon ils sont masqués (on peut toujours leur enlever le masquage et les installer quand même, mais faudra pas venir se plaindre après!).

Il n'y a pas de branche stable, test et devel chez Gentoo. Les paquets sont soit utilisables (parfaitement testés mais non figés, ce n'est donc pas une branche "stable" au sens Debian) ou masqués. Il y a cependant plusieurs types de masquages : Les paquets pas encore testés à fond (mais qui fonctionnent la plupart du temps sans problème) et les paquets "hard-masqués" dont on sait qu'il ont des bogues importants, souvent des failles de sécurité.

La capacité de portage à mélanger des branches et son excellente gestion des dépendances ainsi que le choix des fonctionnalités à compiler font de lui un des meilleurs outils de gestion des paquets, si ce n'est le meilleur.

Philosophie d'utilisation : Gentoo (qui, au passage, se prononce djen-tou et désigne un manchot papou) fût principalement créée par Daniel Robbins. L'historique de la distribution est disponible ici ; mais pour faire court, disons que c'est le résultat de la visite d'un linuxien chez FreeBSD. C'est par ce côté polymorphe couplé à son aspect source que Gentoo ne se désigne plus comme une distribution mais comme une méta-distribution (on peut en effet installer un noyau BSD au lieu du noyau Linux). Gentoo a pour but d'être rapide (à l'exécution, pas à l'installation ;-) ), portée sur de très nombreuses architectures et facilement maintenable (les fichiers de configuration sont très documentés). Cependant, même si la documentation en ligne est traduite en français à 99%, il est préférable d'avoir quelques notions d'anglais (les aides dans les fichiers de configuration sont en anglais).

Gentoo offre des possibilités de configuration extrèmes et des peformances excellentes. La souplesse de portage permet de l'optimiser pour tous les usages, du serveur de jeux à la station de travail en passant par la production musicale. Ces avantages se paient par une configuration peu aisée pour le débutant. L'installation se fait en mode texte dans un environnement chrooté. Mais courage, la documentation détaille les étapes pas à pas.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Comment installer un programme sous Gentoo ?

Trouver la grenouille Flag-fr.png : http://fr.gentoo-wiki.com. Le forum francophone de Gentoo : http://forums.gentoo.org/viewforum-f-35.html

Slackware

Par Le Groupe Slackware.

Site officiel : http://slackware.com

Type de distribution : binaire.

Autonomie : 1.

Option(s) de configuration : LC.

Petite configuration : 1.

Gestionnaire de paquets : pkgtool. Cet outil est, entre autres, le regroupement de trois autres commandes : installpkg, removepkg, et updgradepkg qui servent respectivement à installer, supprimer et mettre à jour les paquets. Pour s'en servir, il suffit de taper *pkg <nom_du_paquet.tgz> ou tout simplement pkgtool dans le répertoire courant. Cet outil ne propose pas de gestion automatique des dépendances, mais on peut utiliser à cette fin un autre gestionnaire de paquets, swaret, toutefois non-supporté officiellement par Patrick Volkerding, le créateur et mainteneur de la distribution.

Philosophie d'utilisation : La Slackware est la plus ancienne des distributions GNU/Linux et a toujours suivi ces principes : simplicité et robustesse à l'usage. Dans cette optique, elle s'attache à compenser son absence d'automatisation par une facilitation de la gestion manuelle, grâce notamment à des fichiers de configuration bien commentés et à des ressources d'aide embarquées assez conséquente, ce qui fait qu'elle est malgré tout réputée pour sa maintenance aisée. Une maîtrise moyenne de l'anglais est cependant bienvenue si l'on veut pouvoir la prendre en main rapidement sans trop de difficulté.
Cette distribution est très proche des UNIX et des *BSD de par son système d'initialisation, et les connaissances acquises à son contact permettent d'aborder n'importe quel *NIX avec aisance.
Du serveur à la station de hardcore-gaming, la Slackware fournit un socle stable et solide. Elle se destine plutôt aux utilisateurs expérimentés.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Catégorie:Slackware.

Trouver la grenouille Flag-fr.png : http://www.slackware-fr.org, http://slackfr.org, http://slack-fr.org.

SourceMage

Par Vlaaad.

Site officiel : http://www.sourcemage.org.

Type de distribution : source.

Autonomie : 1.

Option(s) de configuration : LC.

Petite configuration : -1.

Gestionnaire de paquets : Sorcery est le nom donné à l'ensemble des commandes de gestion de paquetages. La métaphore de sorcery amuse beaucoup ses utilisateurs :-) : cast <spell> permet par exemple de lancer un sort (télécharger les sources, compiler et installer le paquetage), dispel <spell> de le dissiper (désinstaller), gaze d'obtenir des informations. La gestion des grimoires (répertoires de sorts) se réalise à l'aide de la commande scribe. Enfin, Sorcery peut se mettre jour grâce à la commande du même nom.

Philosophie d'utilisation : SourceMage est destinée aux utilisateurs qui aiment avoir le choix. Elle convient donc avant tout aux utilisateurs confirmés, soucieux d'obtenir un système optimisé pour leur architecture et qui correspond uniquement à leurs besoins. La stabilité de la distribution est atteinte en utilisant les dernières versions de logiciels libres, plutôt que sur des versions plus anciennes et patchées. Il s'agit d'une distribution communautaire anglophone, la maîtrise de l'anglais y est donc bienvenue.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Certainement un injuste vide à combler :)

Trouver la grenouille Flag-fr.png : Les utilisateurs de SourceMage peuvent se documenter sur le wiki (traduction française en cours, les volontaires sont les bienvenus). Le forum n'est pas très actif, en revanche, le canal IRC #sourcemage, et son petit frère français #sourcemagefr (sur irc.freenode.net) accueillent très volontiers les nouveaux arrivants et leurs questions.

OpenSUSE

Par Phil.

Site officiel : http://www.www.opensuse.org

Type de distribution : binaire.

Autonomie : 2.

Option(s) de configuration : LC/IG+.

Petite configuration : 0.

Gestionnaire de paquets : Yast. Cet outil graphique est un centre de contrôle prévu pour gérer l'ensemble de la machine. Parmi ses modules, celui des logiciels propose l'installation et la désinstallation des paquets, mais gère en même temps de manière automatique les dépendances. S'il en manque lors d'une installation, Yast précise quelles sont les dépendances requises (avec leurs numéros de version). Il est également possible de gérer les paquets en installant un autre gestionnaire, par exemple apt4rpm.

Philosophie d'utilisation : OpenSUSE est une distribution très populaire en Allemagne (mais pas seulement). Son utilisation s'adresse aux débutants comme aux personnes aguerries. Elle est donc tous publics. Yast contribue pour beaucoup à faciliter la gestion d'openSUSE, grâce à une configuration entièrement graphique (il reste néanmoins possible de modifier les fichiers de configuration manuellement). La langue française est bien intégrée à l'ensemble de la distribution, même si certains modules de Yast demandent encore à être améliorés.
OpenSUSE (ex-SuSE) a été racheté par Novell, et l'on peut se réjouir du fait qu'un effort substanciel est fait pour imposer GNU/Linux en tant que station de travail. Un gros travail à été fourni du côté de l'interface graphique, pour le plus grand bonheur des utilisateurs.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Installer SUSE 10.0.

Trouver la grenouille Flag-fr.png : http://frenchsuse.free.fr, http://www.alionet.org.

Archlinux

Par albireo.

Site officiel : http://www.archlinux.org

Type de distribution : binaire et/ou sources.

Autonomie : 1.

Option(s) de configuration : LC.

Petite configuration : 1.

Gestionnaire de paquets :Arch Linux utilise un gestionnaire de paquets (pacman) qui combine un format de paquets binaires simple à un système de création de paquets facile à utiliser, permettant aux utilisateurs de gérer et personnaliser facilement leurs paquets, que ce soient des paquets officiels Arch ou ceux qu’ils auront eux-même créés. Parmi les nombreuses possibilités de pacman, les plus utilisées sont celles offertes par les commandes suivantes:
pacman -Syu met à jour la liste des paquets et votre système,
pacman -S _un paquet_ pour installer un ou des paquetages,
pacman -R _un paquet_ pour supprimer un paquet,
pacman -Ss _mot_recherche d'un paquet.

Philosophie d'utilisation : Arch Linux est une distribution GNU/Linux à usage général qui peut être adaptée à vos propres besoins. Elle est rapide, légère, flexible et la plupart des éléments qui la composent sont assez faciles à comprendre et à modifier, ce qui en fait une bonne distrib' pour en apprendre davantage sur le fonctionnement en profondeur de votre système. Nous ne fournissons aucun utilitaire d’aide à la configuration, Vous deviendrez donc rapidement très compétents dans la configuration de votre système en ligne de commande dans une console. Les paquets sont très récents et mis à jour régulièrement.

Quelques articles relatifs disponibles sur Léa : Comment installer simplement un logiciel sous Arch Linux ?

Trouver la grenouille Flag-fr.png : Vous pouvez rencontrer la communauté française et francophone d'Archlinux sur son site : http://archlinux.fr où documentation, forums et wiki vous attendent pour vous aider, ainsi que sur son canal IRC #archlinux-fr (sur irc.freenode.net), qui accueillent très volontiers les nouveaux arrivants et leurs questions.

C'est vraiment trop inzust'... :(

Le choix des distributions mises en avant peut paraître éminemment discutable. Ne sachant sur quel critère intangible nous baser, nous avons en effet décidé de reprendre peu ou prou celles mentionnées dans les intitulés des forums de Léa. Pour les samouraïs des causes oubliées, sachez que vous êtes totalement libres de poursuivre cette présentation sur la pafe de discussion associée à cet article, la seule chose que nous vous demandons c'est de reprendre le formulaire et de vous efforcer de rester neutres dans la mesure du possible (évitez les « c’est génial ! » et autres expressions décrivant plus votre enthousiasme que la distribution en tant que tel).

Voici une liste commentée, mais non exhaustive, de quelques autres distributions. Les sites sont les sites originaux :

  • Kubuntu : Ubuntu avec l'environnement KDE.
  • Red Hat : distribution professionnelle et payante basée sur Fedora.
  • SUSE Linux Enterprise : comme openSUSE mais orientée vers les entreprises.
  • Knoppix : Debian live, c'est à dire que l'utilisateur peut lancer directement à partir d'un lecteur de CD.

Voir aussi la rubrique distribution de la Logithèque de Léa, le Linux Distribution Chooser et pour une liste bien plus complète, voir Distrowatch.

Conclusion

Nous voici parvenus au terme de cette présentation. Nous espérons qu'elle vous aura aidé à trouver votre bonheur dans la luxuriante jungle des distributions GNU/Linux. De toute manière, gardez à l'esprit que le choix d'une distribution ne vous enferme nullement à vie, car la structure du système reste globalement la même de l'une à l'autre, si bien qu'un changement ne prend pas automatiquement des tournures de révolution. Au pire, si vous hésitez, prenez celle dont la mascotte vous est le plus sympathique, l'important étant moins de tomber de suite sur la bonne distribution que de devenir un manchot — un vrai — qui explore la banquise à son gré sans rien demander à personne, et pour cela aucune d'entre elles n'est contre-indiquée. :)

Cette page est issue de la documentation 'pré-wiki' de Léa et a été convertie avec HTML::WikiConverter. Elle fut créée par Seb le 02/05/2005, avec la participation de : albireo, ceric35, Le groupe Slackware, Morgan, Phil, Régis, Remi, tuxfanch, Vlaaad. Mis à jour par Jiel en 2008.



@ Retour à la rubrique Découvrir Linux


Copyright

© 02/05/2005 Seb

Creative Commons License
Creative Commons Attribution iconCreative Commons Share Alike iconCreative Commons Noncommercial
Ce document est publié sous licence Creative Commons
Attribution, Partage à l'identique, Contexte non commercial 2.0 :
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/
Views
Jump to: navigation, search
Personal tools

Sauf mention contraire, les documentations publiées sont sous licence Creative-Commons CC-BY-SA
Powered by MediaWiki