Léa-Linux & amis :   LinuxFR   GCU-Squad   Zarb.Org   GNU
Archive de la liste aide - [Aide] [DEBAT] comptabilité paye
2013/10/22 daniel meyer <danylouis at gmail.com>
>
> Bien ,merci pour votre revue logicielle . Ce qui m’étonne , c'est que vous
> confondez le 'Opensource' ou 'Libre' (en francais) avec Freeware .
> Or il était rappelé maintes fois que le Libre n'est pas forcement gratuit .
> Au contraire , les Livres, Journaux, Dvd, Formations etc sont vendus
> et peut même être un juteux Business .
> La seule condition d'un Logiciel libre est , que le code source est livrée
> avec , et n'importe qui (capable) peut le modifier .
> Bonne soirée

Vous pensez que je mélange, mais non. je ne mélange pas.

Stallman vendait le service qui consistait à sauvegarder ses
programmes (Emacs et autres) sur ses supports magnétiques, et à les
expédier, puisqu'à l'époque, télécharger devait être prohibitif.

C'est l'image du tas de sable gratuit, vous pouvez venir chercher du
sable, mais c'est long, très coûteux, lourd, salissant de le faire
vous-mêmes,  vous payez quelqu'un pour le faire.

Ce qui me semble moins OpenSource, c'est si le logiciel est
inexploitable sans un certain savoir, et si ce savoir est
volontairement et sciemment tenu verrouillé, volontairement changé
significativement d'une version à l'autre.


Au vu des éléments rapidement consultés, c'est plus ou moins le cas
pour ce qui concerne la documentation, je ne sais pas si c'est avéré,
ou simplement juste une crainte de ma part. C'est à valider, à tester.

Je ne suis pas affirmatif, je me pose la question.


De même, comme le dit Alarc'h, si la version cloud est installable sur
mes propres serveurs, ok, il n'y pas de verrouillage de la version
cloud - mais sinon, si!

Pour résumer: Si je peux utiliser toutes les fonctionnalités, pour
toutes les architectures, dans un temps raisonnable à partir de la doc
existante, ou même des sources, ok.

Sinon, il existe une sorte de verrouillage, qui me semble incompatible
avec l'OSS. J'admets cependant que ce point est ambigu, car il n'est
pas abordé explicitement dans la GPL. C'est d'ailleurs pourquoi
certains peuvent en abuser.

Un programme, et surout un progiciel, n'est pas complet sans sa doc.
Et si mon point de vue semble bizarre, demandez à ce que les sources
vous soient livrés en assembleur, et sans doc, vous comprendrez ce
qu'est le verrouillage dont je parle.



Il me semble que la GPL comporte deux points importants, l'un est une
force, l'autre une faiblesse selon moi

1. le fait que la gratuité de la mise à disposition des sources soit
optionnelle - mais le tarif est __limité__

2. Le fait que la GPL ne mentionne que "les sources" du logiciel, sans
parler des connaissances nécessaires à les compiler ni de la
documentation nécessaire à l'utilisation de toutes les fonctions. Si
quelqu'un trouve le moyen de verrouiller l'accès à ces connaissances,
je ne vois pas comment le logiciel peut être libre. Si on pratique de
l'obsfucation du code, et qu'il y a des milliers de lignes de codes,
les pgm sources sont verrouillés.


Concernant le point 1, normalement, la gratuité coule presque de
source, car, à la première vente, celui qui a acheté les sources a le
droit via la GPL de les distribuer gratuitement.

<cite https://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_publique_g%C3%A9n%C3%A9rale_GNU#Facturation_.2F_.C2.AB_gratuit.C3.A9_.C2.BB_de_source
>
Le principe de licence libre n’interdit pas en effet de faire payer
l’accès à l’œuvre, il garantit juste des libertés sur l’œuvre une fois
celle-ci obtenue. Cela est d’autant moins bien compris que dans les
faits, la majorité des œuvres sous licences libres sont disponibles
gratuitement.
D’autant que si une œuvre sous licence libre n’est au départ
disponible que contre paiement, dès la première diffusion l’œuvre peut
être rediffusée gratuitement en toute légalité.

Malgré de nombreux rappels de la Free Software Foundation, notamment
celui sur sa propre page d’accueil11, même certains membres des
communautés du logiciel libre pensent que facturer un logiciel GPL est
illégal. Des dizaines de sociétés, parmi lesquelles Red Hat et Novell,
qui continuent à facturer des logiciels libres, nous prouvent
quotidiennement le contraire.
</cite>

Heureusement, il y a une notion de plafond de tarif:
<cite>
Les seules mentions du prix dans la GPL apparaissent dans la section
1, qui dit que: « Vous pouvez faire payer l’acte physique de
transmission d’une copie, et vous pouvez, à votre discrétion, proposer
une garantie contre rémunération. », et, dans la section 3b, stipule
que le code source doit être fourni « à un tarif qui ne soit pas
supérieur à ce que vous coûte l’acte physique de réaliser une
distribution source. »
</cite>

Serveur hébergé par ST-Hebergement et Lost-Oasis / IRC hébergé par FreeNode / NS secondaire hébergé par XName
Sauf mention contraire, les documentations publiées sont sous licence Creative-Commons