Léa-Linux & amis :   LinuxFR   GCU-Squad   Zarb.Org   GNU
Gestion des ACL


Gestion des ACL

Une ACL, ou Access Control List (en anglais : « liste de contrôle d'accès ») est, pour définir simplement la notion, une liste de permissions sur un fichier, un répertoire ou une arborescence, ajoutée aux permissions « classiques » (c'est-à-dire, techniquement, les permissions POSIX.1) de ce fichier. Ces permissions concernent des utilisateurs et/ou des groupes définis. La gestion des ACL sous GNU/Linux s'inspire de la norme POSIX 1003.1e (projet 17) mais ne la respecte pas entièrement.

Au moyen des ACL, on peut étendre le nombre d'utilisateurs et de groupes ayant des droits sur un même fichier. Rappelons que, dans le monde UNIX, chaque fichier ne peut normalement indiquer des permissions que pour un seul utilisateur et un seul groupe, qui s'opposent à une unique catégorie correspondant à « tous les autres » (ou « le reste du monde »). Avec les ACL, on peut (entre autres) ajouter à un fichier d'autres utilisateurs et groupes et définir leurs droits séparément. On se rapproche ainsi du système de permissions pratiqué sur les plate-formes NT (de nombreuses différences subsistent, cependant).

Les ACL sont très utiles (voire indispensables) dans des environnements informatiques axés sur le travail collaboratif et mutualisé ; de même, leur utilisation avec SAMBA permet d'en étendre les capacités.

Dans les exemples qui suivent, les commandes peuvent être tapées en root ou en utilisateur normal, selon la portée des modifications : pour modifier les droits d'un fichier qui n'est pas possédé par un utilisateur ou pour ajouter des permissions à un autre utilisateur ou encore pour ajouter aux ACL un groupe dont l'utilisateur ne fait pas partie, il faut être root (pour les utilisateurs Ubuntu, il faut préfixer les commandes par sudo).

Exemple pratique

Soit un fichier /var/www/index.php (page d'index d'un site web, par exemple) dont les droits sont les suivants : ls -l /var/www/index.php

  -rw-r-----  1 root www-data 18 2005-09-11 11:24 /var/www/index.php

En d'autres termes, root en est le propriétaire ; il peut le lire et le modifier ; le fichier est aussi accordé au groupe www-data (celui sous lequel, par exemple, tourne le serveur web), dont les membres peuvent le lire mais pas le modifier. Quant au reste du monde, il ne peut pas y accéder (le fichier contient des informations confidentielles telles qu'un mot de passe à une base de données MySQL).

Imaginons qu'on veuille rendre le fichier accessible en lecture aux utilisateurs jean et luce, en lecture et écriture à khadija et alice. On pourrait à la rigueur faire entrer jean et luce dans le groupe www-data mais cela introduirait une faille de sécurité car www-data peut aussi accéder à des données qui ne les concernent pas. Il n'est en tout cas rationnellement pas prudent d'ajouter khadija et alice au groupe root. On ne peut non plus changer les permissions (les mettre en lecture et écriture pour tout le monde) ou modifier le propriétaire et le groupe.

Les ACL sont là une solution pratique et facile à gérer dans ce cas ; il suffit d'ajouter des permissions à l'ACL du fichier (grâce à des commandes décrites plus bas) pour qu'il se présente ainsi : root: rw- www-data: r-- khadija: rw- alice: rw- jean: r-- luce: r-- reste du monde : ---

Mise en place

Selon la version du noyau utilisée, le support des ACL peut ou non être déjà compilé. S'il l'est, il faut aussi que la partition contenant les fichiers dont on veut étendre les droits soit montée avec l'option idoine.

Noyau

Il faut d'abord savoir si le noyau a été compilé avec le support des ACL. Le plus simple est de le vérifier dans le fichier de configuration du noyau, fichier normalement situé sous /boot. Pour ce faire, utiliser la commande grep : grep ACL /boot/config-version-du-noyau

Elle doit renvoyer la ligne suivante : CONFIG_FS_POSIX_ACL=y pour signaler que le support général des ACL est présent, et plusieurs lignes du type CONFIG_SystèmeDeFichiers_FS_POSIX_ACL=y SystèmeDeFichiers peut recevoir les valeurs (pour un noyau 2.6.8-2-386 à la date de rédaction) EXT2, EXT3, JFS et XFS. On peut aussi utiliser les ACL avec les systèmes de fichiers IBM JFS, ReiserFS, SGI XFS et NFS. Leur implémentation peut nécessiter de patcher le noyau. Noter que les ACL ne sont pas possibles avec des systèmes de fichiers comme vfat qui ne gèrent aucun type de permissions.

Si la valeur des options n'est pas correcte, vous devez recompiler votre noyau. N'oubliez pas de prévoir au moins un système de fichiers pour lequel les ACL seront permis.

Systèmes de fichiers/montage des partitions

Quand le noyau est disposé à gérer les ACL, on doit préparer les partitions montées dans un système de fichiers adapté (par exemple, il est exclu de vouloir utiliser ces permissions avec du vfat).

Montage et démontage à la volée

Il faut monter les partitions voulues avec l'option acl. Par exemple : mount -t ext3 -o defaults,acl /dev/hda2/ /var/www/ Si la partition est déjà montée, on peut modifier ces paramètres à la volée : mount -o remount,acl /var/www/

Configuration automatique

L'inscription dans /etc/fstab des options de gestion des ACL est recommandée quand leur utilisation est régulière. Par exemple, notre même couple partition / point de montage serait déclaré ainsi : /dev/hda2 /var/www ext3 defaults,acl 0 0

À chaque montage automatique des partitions, le support des ACL sera activé.

Commandes

Il existe deux commandes essentielles : l'une pour manipuler l'ACL d'un fichier (setfacl) et l'autre pour la consulter (getfacl). Les commandes traditionnelles chmod et chown ne peuvent accéder aux ACL.

Ces deux commandes nécessitent, sous Debian (et distributions dérivées, comme Knoppix ou Ubuntu), l'installation du paquetage « acl ». Pour l'installer : [sudo] apt-get install acl (ajout de sudo pour Ubuntu)

Pour les distributions à base de RedHat (donc aussi Fedora, Mandriva), il faut installer les paquetages acl.*.rpm et libacl1.*.rpm (leur nom contient leur numéro de version).

setfacl

Le nom de la commande se comprend set file's ACL (« régler l'ACL du fichier »). Elle possède de nombreuses options dont il convient de prendre connaissance en consultant la page de manuel (man setfacl). La commande fonctionne bien sûr aussi de manière récursive (option -R) : setfacl -Rm u:khadija:rw /var/www/ modifie l'ACL de tous les fichiers situés sous /var/www/ en attribuant une permission de lecture et d'écriture à l'utilisateur khadija.

Ajouter des permissions

La syntaxe fondamentale est simple. La commande setfacl -m u:khadija:rw /var/www/index.php modifiera (-m) l'ACL de /var/www/index.php en attribuant à l'utilisateur (préfixe u:) khadija les droits rw et en lui refusant le droit d'exécution (qui n'a pas été mentionné dans la commande).

Les principaux paramètres à connaître sont :

  • préfixes :
    • u: (droits pour un utilisateur, nommé ou désigné par son uid) ;
    • g: (droits pour un groupe, nommé ou désigné par son gid) ;
    • o: (droits pour other, le reste du monde) ;
  • permissions : elles sont codées dans l'ordre r, w et x ou X (ce dernier représentant, comme avec chmod, le droit d'entrée dans les répertoires ou celui d'exécution pour les fichiers qui ont déjà un marqueur x). On les remplace par - pour une interdiction explicite. Ne pas mentionner un droit revient aussi à une interdiction : setfacl -m u:khadija:w /var/www/index.php et setfacl -m u:khadija:-w- /var/www/index.php reviennent au même.

On peut construire des commandes plus complexes en enchaînant les entrées dans l'ACL : setfacl -m u:khadija:rw,g:site1:r--,o:--- /var/www/index.php définit des permissions dans l'ACL de /var/www/index.php pour l'utilisateur khadija, le groupe site1 et le reste du monde.

Cette commande permet aussi de modifier les permissions classiques (et remplace dans ce cas chmod) : l'utilisateur, le groupe et le reste du monde initiaux du fichier sont simplement désignés par le préfixe (u:, g:, o:) suivi d'un nom vide : si un fichier index.php appartient à luce:www-data avec les droits r--r-----, pour donner à l'utilisateur et le groupe les droits en lecture et écriture il suffit d'une commande setfacl -m u::rw,g::rw /var/www/index.php. Si l'utilisateur et le groupe possèdent déjà un droit qui ne serait pas mentionné dans la commande setfacl, ce droit sera annulé. Soit le fichier index.php avec les droits rw-r----- pour luce:www-data. La commande setfacl -m u::r,g::x index.php modifiera les droits à r----x--- pour pour luce:www-data.

Noter qu'un fichier dont seules les permissions classiques ont été altérées par setfacl au lieu de chmod ne reçoit pas pour autant une ACL. De fait, il n'est pas référencé par ls -l comme fichier à ACL (marqueur + ; voir plus bas).

Droits par défaut et héritage des droits étendus

Les droits étendus d'un objet parent ne sont pas automatiquement hérités par les objets contenus. Par exemple, si un répertoire (root:www-data, rwxr-x-r-x) possède une ACL u:luce:rwx, un fichier créé à l'intérieur (ou déjà présent avant l'adjonction de l'ACL) ne reçoit pas cette ACL et ses droits sont ceux impliqués par l'umask défini.

On peut modifier ce comportement en ajoutant, aux répertoires seulement, un attribut default, codé d:, qui se transmet à tous les fichiers créés dans le répertoire après l'ajout de l'ACL par défaut. Par exemple, setfacl -m d:u:luce:rwX /var/www donne à luce les droits de lecture et écriture (ainsi qu'« exécution » quand il s'agit de répertoires) pour tous les fichiers qui seront créés sous /var/www à partir de ce moment, jusqu'à ce que cette ACL « par défaut » soit annulé ou remplacé.

Retirer des permissions

Pour annuler tout ou partie d'une ACL : setfacl -b /var/www/index.php ôte tout le contenu de l'ACL du fichier, tandis que setfacl -x u:khadija,g:site1 /var/www/index.php retire les permissions propres à khadija et au groupe site1.

Les permissions ACL par défaut d'un répertoire (d:) s'annulent par setfacl -k.

Le masque

Le masque est une synthèse des valeurs les plus permissives que possède un fichier doté d'une ACL. Les droits de l'utilisateur fondamental ne sont cependant pas pris en compte. Le masque est calculé automatiquement : chown luce:www-data index.php chmod 640 index.php ls -l index.php

   -rw-r-----  1 luce www-data 5055 2005-10-16 18:53 index.php

getfacl index.php

   # file: index.php
   # owner: luce
   # group: www-data
   user::rw-
   group::r--
   other::---

Ce fichier n'a pas d'ACL donc pas de masque.

setfacl -m u:jean:rw,g:web:rw index.php getfacl index.php

   # file: index.php
   # owner: luce
   # group: www-data
   user::rw-
   user:jean:rw-
   group::r--
   group:web:rw-
   mask::rw-
   other::---

Maintenant que le fichier possède une ACL, il a reçu un masque : les permissions les plus élevées (utilisateur exclu) étant rw, c'est aussi la valeur du masque.

L'intérêt du masque est de pouvoir limiter d'un coup toutes les permissions d'un fichier (étendues ou non), sauf celles du propriétaire ; on utilise pour cela le préfixe m: suivi du droit maximal à accorder : getfacl index.php

   # file: index.php
   # owner: luce
   # group: www-data
   user::rw-
   user:jean:rw-
   group::r--
   group:web:rw-
   mask::rw-
   other::---

setfacl -m m:r index.php getfacl index.php

   # file: index.php
   # owner: luce
   # group: www-data
   user::rw-
   user:jean:rw-                   #effective:r--
   group::r--
   group:web:rw-                 #effective:r--
   mask::r--
   other::---

Les valeurs modifiées sont indiquées par le commentaire « effective: » suivi des permissions effectives après l'application du masque (ici, jean et web n'ont plus que le droit r, la situation reste la même pour www-data).

L'existence même d'un masque renvoie au fonctionnement profond des ACL. Pour en comprendre l'utilité réelle sans se limiter à l'application pragmatique qui en est donnée ici, on se reportera à POSIX Access Control Lists on Linux.

getfacl

Cette commande suivie d'un nom de fichier affiche l'ACL de ce fichier (get file's ACL « récupérer l'ACL du fichier »). Par exemple : getfacl /var/www

  # file: var/www
  # owner: root
  # group: www-data
  user::rwx
  user:luce:rwx
  group::rwx
  mask::rwx
  other::r-x
  default:user::rwx
  default:user:khadija:rwx
  default:group::rwx
  default:group:www-data:r-x
  default:mask::rwx
  default:other::r-x

On voit qu'outre les droits traditionnels attribués à root:www-data (droits indiqués après user:: et group::), sont aussi définis :

  • des droits complets pour luce (user:luce:rwx) ;
  • une permission ACL par défaut donnant des droits complets à khadija sur tous les nouveaux fichiers créés sous /var/www/ (default:user:khadija:rwx) ;
  • une autre permission ACL par défaut donnant des droits de lecture et d'exécution au groupe www-data sur les mêmes fichiers (default:group:www-data:r-x).

Noter que user::, group:: et other:: représentent le triplet utilisateur / groupe / reste du monde des permissions classiques. Appliquer cette commande sur un fichier qui n'a pas d'ACL définie donne les mêmes informations que ls -l, dans un format différent : setfacl -b index.php # retirer les ACL pouvant exister ls -l index.php

  -rw-r-----  1 root www-data 5055 2005-10-16 18:53 index.php

getfacl index.php

  # file: index.php
  # owner: root
  # group: www-data
  user::rw-
  group::r--
  other::---

ls, cp et mv

Ces commandes doivent pouvoir lister, copier et déplacer les ACL en même temps que les fichiers. Pour les deux premières commandes, il faut préciser explicitement que l'on veut afficher/conserver les droits (ce qui est aussi le cas quand on ne travaille que sur les droits classiques) : ls -l, cp -a. La commande mv, quant à elle, préserve toujours les droits.

Quand les droits étendus ne peuvent être conservés (déplacement ou copie vers un système de fichier qui n'est pas configuré pour les recevoir ou utilisation d'une version de cp trop ancienne), un message d'avertissement en informe l'utilisateur. Par exemple : setfacl -m u:luce:rw index.php cp -a index.php /mnt/vfat

  cp: preserving permissions for `/mnt/vfat/index.php': Opération non supportée

Noter qu'un fichier comportant une ACL qu'on veut lister par ls -l n'affiche qu'un + à la suite de ses permissions. Seule la commande getfacl, pour l'instant, permet d'avoir connaissance du détail. Par exemple : setfacl -m u:khadija:rw /var/www/index.php ls -l /var/www/index.php

  -rw-rw----+ 1 khadija www-data 5055 2005-10-16 18:53 /var/www/index.php

Avec -rw-rw----+, on sait que le fichier possède une ACL (+), sans en connaître les constituants.

Interaction avec KDE

Le gestionnaire de bureau KDE permet, depuis la version 3.5, de visualiser et manipuler les ACL des fichiers. Il suffit de cliquer avec le bouton droit de la souris sur un fichier et de sélectionner l'onglet « Droits d'accès » puis « Droits d'accès avancés ». De là, on peut consulter l'ACL du fichier de manière graphique.

Sauvegarde des données

Sauvegarder des données dotées d'ACL nécessite :

  • l'utilisation d'un système de fichiers pour le stockage qui soit compatible ;
  • et l'utilisation d'un logiciel de sauvegarde qui soit tout autant compatible.
À titre indicatif, tar et cpio et rsync ne le sont pas (à moins d'être patchés), star et pax le sont.

Pour contourner le problème de sauvegarde, il est possible d'écrire toutes les ACL dans un fichier qui servira de base à une restauration ultérieure : getfacl --skip-base -R /dossier/dossier/ > fichier récupère les informations récursivement et les inscrit dans un simple fichier. La restauration se fait au moyen de setfacl --restore=fichier. Il faut, pour qu'elle fonctionne, se placer à la racine contenant l'arborescence, en raison de la notation relative des chemins (d'où le message Removing leading '/' from absolute path names que l'on peut souvent lire en tapant des commandes avec ces programmes). Le chemin d'un répertoire /tmp/test est enregistré comme tmp/test : on doit donc, pour restaurer, lancer la commande depuis la racine de /tmp, c'est-à-dire /.

Par exemple : le répertoire /tmp/test contient trois fichiers à ACL. On sauvegarde les ACL avec getfacl --skip-base -R /tmp/test > acl.acl. Pour restaurer, on se place à la racine (cd /) et on lance setfacl --restore=acl.acl. Si on avait lancé la commande depuis /test, setfacl aurait renvoyé les erreurs : setfacl: tmp/test: Aucun fichier ou répertoire de ce type setfacl: tmp/test/a: Aucun fichier ou répertoire de ce type setfacl: tmp/test/b: Aucun fichier ou répertoire de ce type setfacl: tmp/test/c: Aucun fichier ou répertoire de ce type

Note concernant la syntaxe de setfacl

Les préfixes abrégés peuvent être développés et les permissions codées en octal (avec préfixe 0 optionnel). Ces trois commandes ont donc le même sens : setfacl -m d:u:luce:rw,g:www-data:r,o:- index.php setfacl -m default:user:luce:6,group:www-data:4,other:0 index.php setfacl -m default:user:luce:06,group:www-data:04,other:00 index.php


Tout au long de ce document, on a parlé de « permissions classiques » opposées à des « permissions étendues » qui leur seraient ajoutées. C'est une simplification : dans les faits, un système de fichiers monté avec le support des ACL change son appréhension globale des permissions, qui sont toutes des ACL, qu'elles soient minimales (utilisateur primaire, groupe primaire, reste du monde) ou étendues. Dans ce dernier cas, c'est la notion de groupe qui est redéfinie : tout utilisateur ou groupe ajouté à l'utilisateur primaire est enregistré avec ses droits dans une classe « groupe » étendue.

Cela explique la nécessité d'un masque : c'est la valeur limite réelle de la classe « groupe », que les entrées qu'elle contient ne peuvent dépasser. Un ls -l sur un fichier dont le masque ACL a été abaissé à r-- alors que les droits du groupe primaire étaient auparavant rw- donnera : -rw-r-----+ et non -rw-rw----+. Inversement, si l'on change par chmod les permissions du groupe principal, cela revient à changer le masque, donc les permissions de tous les utilisateurs et groupes ajoutés.

Documents annexes



@ Retour à la rubrique Administration système

Copyright

© 27.10.05 Vincent Ramos

Tête de GNU Vous avez l'autorisation de copier, distribuer et/ou modifier ce document suivant les termes de la GNU Free Documentation License, Version 1.2 ou n'importe quelle version ultérieure publiée par la Free Software Foundation; sans section invariante, sans page de garde, sans entête et sans page finale. Pour plus d'informations consulter le site de l'APRIL.
Affichages
(Redirigé depuis ACL)
Outils personnels

Serveur hébergé par ST-Hebergement et Lost-Oasis / IRC hébergé par FreeNode / NS secondaire hébergé par XName
Sauf mention contraire, les documentations publiées sont sous licence Creative-Commons CC-BY-SA